Connaître notre passé est essentiel pour pouvoir comprendre notre avenir. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons aujourd’hui partager avec vous une partie très importante du passé de notre région, dont nous conservons des traces significatives : l’empreinte de Rome en Cantabrie. Pour que vous puissiez la connaître et vous en rendre compte par vous-même, nous vous proposons un itinéraire passant par certains des plus importants vestiges de cette époque dans notre région. Vous nous accompagnez?

Cet itinéraire nous fera passer par deux sites à Campoo, la ville romaine de Juliobriga et le site archéologique cantabre-romain de Camesa-Rebolledo; un site sur les hauteurs de Besaya, la chaussée romaine allant de Pesquera à Bárcena de Pie de Concha ; un site à Camargo, les thermes et la nécropole médiévale de San Juan de Maliaño; un site à Castro Urdiales, Flaviobriga et un site à Santander, le MUPAC.

Nous commencerons notre itinéraire en visitant ce que nous pouvons appeler « les restes in situ », à savoir ces traces que nous pouvons suivre et qui nous font nous sentir et imaginer comment pouvait être la vie il y a plus de vingt siècles. Notre première étape, probablement la plus connue du public en général et l’une des mieux conservées, est la ville romaine de Juliobriga. Située sur une colline toute proche du village de Retortillo, à proximité de Reinosa – capitale de la comarque de Campoo -, ce fut une cité à caractère civil qui a eu à administrer un vaste territoire. Nous y trouvons d’intéressants restes archéologiques tels que le forum romain de la cité.

Vous pourrez également visiter le Musée Domus Romana, qui recrée une véritable domus romaine, la maison des Morillos, appartenant à une famille de classe moyenne-aisée, et accueille une exposition permanente dans laquelle le visiteur peut connaître ses principales pièces de vie, ainsi que les aspects les plus significatifs de la vie quotidienne de ses habitants.

Nous continuons dans la Comarque de Campoo, avec le site archéologique cantabre-romain de Camesa-Rebolledo. Cette visite est très intéressante car elle conserve les restes archéologiques d’une ancienne ville romaine du Ier au IIIe siècle après Jésus-Christ, et comporte des thermes, des peintures murales et la nécropole wisigothe et médiévale. Pendant la visite, vous aurez l’impression d’être un véritable archéologue, en reconnaissant, avec l’aide du guide, la distribution de la ville romaine, ses thermes et ses peintures murales, ainsi que la nécropole wisigothe (VIe et VIIe siècles) et médiévale (VIIIe et XIIe siècles) établie sur la ville.

Nous arrivons maintenant à la comarque de Besaya où nous trouverons un itinéraire de randonnée idéal pour profiter de la nature et de l’histoire de notre région, à n’importe quelle époque de l’année. Mais il ne s’agit pas de n’importe quel itinéraire car il longe une chaussée romaine entre les localités de Pesquera et Bárcena de Pie de Concha. On pense que cette chaussée a été construite suite aux Guerres de Cantabrie qui ont eu lieu entre les années -29 et -19 pour être utilisée par l’armée romaine pour ses déplacements. C’est une excursion très recommandée à réaliser en famille car elle dure entre 2 et 3 heures, et le chemin présente un dénivelé d’environ 400 mètres, avec une inclinaison ne dépassant pas 10%. Si vous vous y rendez en automne, c’est un coin idéal pour ramasser des châtaignes.

Nous quittons l’intérieur de la région pour nous rendre sur la côte, en commençant l’itinéraire à Castro Urdiales. C’est dans cette magnifique ville de bord de mer que se trouvent les vestiges de Flaviobriga, qui était à l’époque l’un des principaux ports sur l’itinéraire commercial maritime entre le nord de l’Espagne et la France, en plus d’être la seule colonie romaine connue de toute la corniche de Cantabrie. Elle a été créée au Ier siècle après Jésus-Christ, probablement par l’empereur Titus Flavius Vespasianus, bien que ses origines remontent à l’établissement préroman de Portus Amanum ou Samanum. Les fouilles archéologiques ont documenté un important noyau de population avec quelques constructions publiques, telles que les thermes, et privées datant elles de l’époque coloniale (fin du Ier – début du IIe siècle après Jésus-Christ) et des structures Bas-Empire du IIIe et du début du IVe après Jésus-Christ. Ces fouilles ont également permis de détecter l’ancien tracé orthogonal de la colonie, avec certains fragments de rues.

Notre itinéraire nous mène maintenant vers Santander depuis Castro Urdiales, juste en face de l’aérodrome de la capitale de Cantabrie, dans la localité de Maliaño. Dans son cimetière, nous trouvons ce gisement qui cache des thermes romaines et une nécropole médiévale. Il comporte deux grandes parties, l’une plus ancienne qui correspond à un complexe thermal qui a eu une grande importance compte tenu de ses dimensions, et l’autre pour l’instant inconnue car, compte tenu de l’emplacement du gisement à l’intérieur du cimetière, les fouilles ont uniquement permis de trouver l’atrium d’une domus.

Nous terminons cet itinéraire dans le lieu idéal pour connaître l’empreinte romaine en Cantabrie, le MUPAC, Musée de la préhistoire et d’archéologie de Cantabrie. Ce centre d’exposition situé à Santander, présente les restes matériels de gisements connus, dont certains ont été mentionnés dans ce post. Les collections qu’il regroupe sont d’une grande importance et représentent des témoignages culturels allant des débuts de la Préhistoire à l’époque médiévale, recueillis depuis la fin du XIXe siècle. C’est le lieu idéal, après avoir « foulé » l’empreinte de Rome en Cantabrie, pour situer le temps et l’espace de chacun des gisements que nous avons visités dans cet itinéraire.

Vous avez envie de connaître l’empreinte de Rome en Cantabrie ? Connaissiez-vous l’un des lieux dont nous vous avons parlé ? Vous aimeriez en connaître l’un d’eux ? Partagez votre expérience avec nous sur nos réseaux sociaux de Cantabrie infinie sur Facebook, Twitter et Instagram avec le #ComparteCantabria. Cet automne, découvrez notre passé et venez vous détendre en Cantabrie, + à découvrir.